Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 11:10
Indult de la Cour de Rome accordé aux Lespinay

               Vers 1510, Jean IV de Lespinay, ainsi que sa famille et les Parageau de Plessé ("Johannis Parageau et ejus uxoris du Guynio") se voient adresser par le Pape Jules II (1503-1513) ou Léon X (1513-1521) un indult leur accordant diverses faveurs religieuses. Nous n'avons pu retrouver la bulle latine originale en parchemin ou sa copie et sommes obligé de nous en tenir au résumé publié par la Marquise de Lespinay, dans Jehan de Lespinay Thrésorier de Bretagne, 1937, p.92 (voir aussi Alexis Daigre, Armorial général de D'Hozier, Généalogie de la famille de Lespinay, Paris, Bureau des Publications nobiliaires, 1908, p.15).

En voici le texte français :

  • « Indult accordant à Jehan de Lespinay, Thrésorier général des Finances de Bretagne et à sa  femme, à noble Jehan de Lespinay [Jean V] et sa femme, à Guillaume de Lespinay [frère de Jean V ?] et quelques autres [dont les Parageau, cités dans le texte original dont nous n'avons que quelques extraits] la permission de choisir un confesseur à leur gré, pour les absoudre de leurs péchés, au moins une fois à l'article de la mort, d'avoir un autel portatif, de faire célébrer la Messe en tout temps, de recevoir la Communion et la sépulture même en temps interdit, d'user d'aliments gras en Carême s'il en est besoin, de gagner des Indulgences en temps de Jubilé, en visitant des églises ou des autels à leur commodité, et permettant aux épouses des mêmes personnages d'entrer dans les Couvents de femmes deux ou trois fois l'an et d'y converser avec les religieuses de tout ordre.  »

     

              Cet indult indique la haute position morale des Lespinay et des Parageau de Plessé à cette époque et probablement aussi (et surtout) leur générosité à l'égard des établissements religieux qui est à l'origine de cette faveur... Certes, il s'en dégage une impression de piété qui traduit une réalité frappante du XVIe siècle commençant, siècle de rénovations religieuses, de recherche d'un absolu dont les Perreau, les Rymerswael et les Lespinay sont un exemple au moment de la naissance du protestantisme. Mais cet indult est plus encore la reconnaissance du pouvoir, à la fois moral, financier et politique détenu par les bénéficiaires de l'attention papale qu'ils avaient certainement suscitée par une demande appropriée, profitant de leurs hautes responsabilités à la tête du duché de Bretagne.

              Un indult est, en droit canonique, une faveur papale, le plus souvent temporaire, accordée par lettres du Saint-Siège à une communauté ou à des particuliers, qui déroge au droit canon commun de l’Église catholique. Synonymes : indulgence (même étymologie, du latin indulgere, « accorder », part. indultum, « chose accordée »), faveur, privilège, grâce, exemption, dispense, dérogation; voir aussi bulle. Les bénéficiaires, qui ont droit d’indult, se nomment des « indultaires ». En général, il s’agit d’un privilège accordé « de pouvoir nommer à certains bénéfices » ou de les tenir en contradiction avec le droit commun.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Lespinay - dans Jehan de Lespinay et sa famille
commenter cet article

commentaires