Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 09:21

Le réseau de parenté étendue des Lespinay, XVe-XVIe s. (3)


Les Parageau


               Si l’on parle de « réseaux » pour expliquer l’ascension des Lespinay de Plessé dans la finance bretonne, il faut s’intéresser en premier lieu à la famille Parageau de Plessé. C’est une information essentielle et nouvelle qui se dégage des travaux de thèse des historiens Jean Kerhervé (1986) et Dominique Le Page (1995).

               Comme les Lespinay, les Parageau utilisent leurs relations paroissiales pour exercer et étendre leurs activités. Mais il n’est pas nécessaire que les membres du réseau paroissial aient des liens de parenté pour que le réseau fonctionne. C’est probablement le partage de compétences, d’activités et d’intérêts communs qui a entraîné des alliances diverses, et non l’inverse. Il semble y avoir une ou des parentés indirectes entre les Parageau et les Lespinay, peut-être aussi avec les Capeau et d’autres familles de Plessé.

               En 1460, Jean III de Lespinay partageait la ferme de « la traite des bêtes vives » avec Guillaume Parageau. En 1463, il succède à Guillaume Parageau à la recette du Gâvre. En 1465, il est témoin d’un prêt au duc, à la demande de Guillaume Parageau et de son fils Jean I Parageau, fait par ces deux derniers et des associés : G. Le Beveurs, J. Mortier, J. Le Métayer, qui ne semblent pas être de Plessé. De 1485 à 1487, Jean I Parageau partage avec Jean IV de Lespinay la ferme d’Ingrandes et de Champtocé. De 1485 à 1488, Jean I Parageau, Jean IV de Lespinay et leurs consorts (dont Jean II Parageau) tenaient la ferme des ports et havres d’entre le Couesnon et l’Arguenon. De 1485 à 1489, Jean I Parageau et Jean IV de Lespinay se partagent la recette du Gâvre, puis Jean I Parageau continue seul comme receveur du Gâvre alors que Jean IV de Lespinay devient trésorier général de Bretagne. En 1524, à la mort du trésorier Lespinay, c’est Jean II Parageau qui lui succède à la trésorerie générale de Bretagne…


Guiniou et Guyolle : liens possibles entre les Parageau et les Lespinay



                                                                                              Jean II    =  Guillemette

                                                                                           de Lespinay     du Guiniou

                                                                                                   │

Guillaume        Pierre  =  Robine                                               Jean III

Parageau        Guyolle    Delestre                                           de Lespinay

     │                    │                                                            ┌────┴─────┐

 Jean I      =    Jeanne                                 Pierre    =     Marie              Jean IV

Parageau        Guyolle                                Guyolle     de Lespinay      de Lespinay

     ├────  ────  ────  ──┐                                                                    │

 Jean II   =   N. dame     Guyonne = Thomas                                          Jean V

Parageau    du Guiniou   Parageau    Costard                                       de Lespinay



               Les Lespinay comme les Parageau ont une alliance Guyolle. Est-ce le même Pierre Guyolle, époux de Robine Delestre, qui est grand-père de Jean II Parageau, et une fois veuf qui épouse Marie de Lespinay sœur du trésorier, de trente ans sa cadette ? C’est possible. Jean I Parageau, dont le fils Jean II participe déjà à l’administration d’un gros office en 1485, a dû se marier vers 1465 avec Jeanne Guyolle fille d’un Pierre Guyolle né vers 1420. Marie de Lespinay, née ca. 1445, épousait vers la même année 1465 un Pierre Guyolle qui pouvait bien être âgé de 45 à 50 ans (il sera décédé avant 1500). La coïncidence possible entre les deux mariages pouvait créer des liens particuliers entre les deux familles qui, à travers les Guyolle père et fille, devenaient des « affins » selon le droit canonique en vigueur.

              L’autre point à remarquer est qu’à plusieurs reprises Jean I Parageau est dit sieur du Guiniou, alors que son fils, sieur de Lagodin, est dit l’époux d’une dame du Guiniou (ou Guynio). Or Jean III de Lespinay est le propriétaire principal du fief du Guiniou, ayant racheté les parts de Dom Robert du Guiniou et de la succession de Jean du Guiniou. Renée, une autre de ses filles, née ca.1450, épouse de Jean Spadine avant 1470, aura le Guiniou en héritage par un partage du 12 juin 1500, après le décès de sa mère. Mais en effet, aucun acte ne mentionne un Lespinay comme sieur du Guiniou, alors cependant que Guillemette du Guiniou est dite dame du Guiniou et de la Perchette. Cela veut-il dire que Guillaume Parageau avait épousé ou était le fils d’une du Guiniou, héritière principale du fief ? L’étude systématique des aveux de Plessé pourrait peut-être apporter une réponse.

 

             Nous ne sommes pas sûr cependant que ces deux parentés par alliance permettent à elles seules d’expliquer la collaboration fructueuse entre les Parageau et les Lespinay d’abord, puis avec les Capeau, La Rivière, Carheil, etc. Dominique Le Page (1997, p.223 etc.) cite comme membres du « réseau d’influence Lespinay-Parageau » les personnes suivantes : Pierre et Guillaume Avignon son fils, Jean de La Rivière, Jean-Baptiste de Servy, Jean Paubert, François Bonnet, tous commis, Michel Thierry, Clément Dautie (Jean IV de Lespinay est parrain de sa fille), Charles Jouhan, Jean du Fresne (époux de Marie Parageau), sans oublier Jean Coué et Abel Rouaud. Cette liste n’est certainement pas exhaustive. D’autres personnes apparentées en font partie, comme les Spadine, les Moulnier ; et tous les apparentés n’ont pas été dotés d’offices financiers, soit parce qu’ils n’étaient pas compétents, pas volontaires, soit parce que le « couple » Parageau-Lespinay n’a pas recherché systématiquement à se construire un réseau d’influence pour mettre la Bretagne en coupe réglée comme on pourrait le croire en lisant les historiens D. Le Page, J. Kerhervé et surtout G. Minois…
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Famille Lespinay - dans Jehan de Lespinay et sa famille
commenter cet article

commentaires

Laurent CHAUVIN 14/04/2014 20:01


Bjr,


Pour votre info., la Revue Historique de l'Ouest (volume 6) cite p.558 un "noble" Pierre Paraiau, Sieur du Guynio, époux de "noble demoiselle" Bertranne de la
Rivière comme parents du 1er baptème de Campbon en 1526 : Anne Paraiau dont le parrain
est noble Gilles Cibouault, Sieur de Trégaret, ses marraines sont noble dlle Anne de Guémadeuc, fe de noble Olivier de Lanvaux; et noble dlle Françoise..." + page 236 : bapt.le 26/11/1532
de Pierre Parajau (fils des mêmes), parrains: nobles Merri du Boisguéhéneuc, Sr de la Babinays et François de la Grée, marraine: noble dlle Françoise de Beauboays.


Cordialement.